•  
  •  


Collaboration avec l'UNIL

Installé en septembre 2013 par l'UNIL, notre nichoir attend sa prochaine nichée de chouettes effraies. Il est installé dans notre petit rural, à l'intérieur, avec une entrée et un perchoir sur la façade.

image-8219387-20170703_131317.w640.jpg
Bébé chouette, photo du 3 juillet 2017
image-8219381-20170703_131556.w640.jpg
Bébé chouette, photo du 3 juillet 2017
image-8219384-20170703_131320.w640.jpg
Bébé chouette, photo du 3 juillet 2017
image-8219378-20170703_131601.w640.jpg
Bébé chouette, photo du 3 juillet 2017
image-7439295-20160709_195433.w640.jpg
Deux bébés, photo du 9 juillet 2016
A gauche, un tout jeune encore couvert de duvet, à droite une jeune chouette prête à commencer à voler, même si elle reviendra dans le nid pour bénéficier encore de la nourriture fournie par son père.
image-7439293-20160709_195550.w640.jpg
Bébé chouette, photo du 9 juillet 2016
Déjà bien vif et prêt à commencer à voler, ce bébé chouette est juste magnifique!
image-7439286-20160709_200407.w640.jpg
Bébé chouette, photo du 9 juillet 2016
Trop beau, lorsqu'il met son aile ainsi tout près de sa tête...... A croquer!
image-7449073-40b8271504a844c9ad750232d6167018.jpg
Un bébé bien plus jeune, qui ne vole pas encore, photo prise le 18 juillet 2016

L'un des bébés qui volent déjà, photo prise le 18 juillet 2016


image-7449068-a2a5bc55dccd4bd4ab4c31bf29727aff.w640.jpg
Un bébé tout jeune et pas encore très réveillé, photo prise le 18 juillet 2016
image-7449107-SAM_0559.w640.JPG
Les biologistes de l'Unil examinent les ailes du jeune rapace, entièrement formées, qui lui permettent déjà de voler, photo prise le 18 juillet 2016



La femelle qui nichait l'année dernière est revenue! Elle couve 5 oeufs, qui devraient éclore dans une dizaine de jours. Voici l'une des photos prises ce matin, le 4 mai 2016, dans la cour de la ferme!



Voici nos chouettes, elles sont belles, non? Photo prise en 2015



Voici deux des bébés de 2015. Le plus clair est un peu plus avancé et il vole déjà. L'autre est le plus jeune de la nichée.




Leurs yeux sont juste extraordinairement noirs et perçants... Ce sont des rapaces fascinants et nous nous faisons une joie de les observer à la nuit tombée, lorsqu'elles veulent bien se montrer...




Certaines sont plus vives que les autres...





Deux des biologistes de l'Unil présentent "leurs" chouettes...




Deux des bébés chouettes effraies, ici avec l'un des biologistes de l'équipe du Département  d'écologie et évolution de l'Unil.



On suppose que le mâle a le ventre blanc et que la femelle est plutôt dorée. Cependant, pour connaître le sexe des chouettes effraies, les biologistes doivent faire des tests sanguins, seul moyen de le déterminer.



Les biologistes de l'Unil étudient les chouettes effraies. Ils comptent les taches  qu'elles ont sur les plumes et sur la partie ventrale, mesurent le diamètre de ces taches et pèsent les petits rapaces. Ils sont ici en attente dans les petits sacs.





Collaboration avec Agroscope et CABI Europe

Depuis 2011, l'Écurie de la Venoge a collaboré avec Agroscope pour des recherches sur le Rumex, une plante indésirable contre laquelle les ingénieurs et les biologistes recherchent des moyens de lutte écologiques. Agroscope, en collaboration avec le CABI Europe-Switzerland Institute situé à Delémont, recherche des insectes capables de se loger dans cette plante et de la détruire de l'intérieur.

Cette collaboration vient de se terminer avec les derniers essais réalisés sur notre champ d'herbe et les résultats ont été envoyés au CABI pour analyse. Nous serons informés du succès (ou non) de ces recherches.



Les recherches étaient dirigées par Cornel Stutz, d'Agroscope, et Patrick Häfliger, de CABI, et elles ont été testées sur l'une de nos parcelles à Vufflens-la-Ville. Un papillon, la sésie de l'oseille, semble ainsi pondre ses œufs dans la plante, ses larves s'y développent et font ensuite mourir la plante.



Espérons que ces recherches aboutiront bientôt, utiliser la nature pour combattre les mauvaises herbes plutôt que la chimie est un moyen très intelligent et bien plus viable à long terme.



Voici la chrysalide de la sésie de l'oseille

(Pyropteron chrysidiforme)




Ici, la larve de la sésie de l'oseille.




La larve qui a pris ses quartiers dans une racine.




Et enfin voici à quoi ressemble la femelle de la sésie de l'oseille.


L’Écurie de la Venoge a été ravie de participer à ces recherches et espère qu'elles auront plein succès. Nous sommes fiers d'avoir été l'un des trois sites d'essais de Suisse romande et l'un des six sites de Suisse!